Vous êtes ici

Un humanisme à réinventer : 500 ans d’études classiques à Louvain (1518-2018)

Exposition
19 Octobre 2018 - 23 Décembre 2018

Quelle est la place des cultures anciennes au cœur de nos sociétés contemporaines ?

Louvain, 14 septembre 1518. Le Collegium Trilingue, dédié à l’étude scientifique des trois langues sacrées (le grec, le latin et l’hébreu) est officiellement inauguré sous l’impulsion d’Erasme. Louvain-la-Neuve, 18 octobre 2018. L’UCLouvain célèbre le 500ème anniversaire de cette inauguration à travers une exposition, présentée au Musée L – Musée universitaire de Louvain –, qui retrace l’histoire de cet enseignement et en souligne les enjeux.

Cet anniversaire, qui coïncide avec les nouveaux défis auxquels sont confrontées les lettres classiques dans nos cursus scolaires et universitaires, nous invite à repenser la place des cultures anciennes au cœur de nos sociétés contemporaines. L’exposition est le fruit de la collaboration entre la Section de Langues et littératures anciennes, le Service des archives de l’Université et le Musée L.

Aux 15ème et 16ème siècles, les différentes transformations de la société marquent la naissance d’une nouvelle ère. L’inauguration, en 1518, du Collegium Trilingue louvaniste accompagne cette transformation profonde. Dédié à l’étude scientifique des trois « langues sacrées » (grec, latin et hébreu), le Collegium promeut grâce à la connaissance approfondie des langues classiques et orientales, l’examen critique des sources, la réflexion sur les principes et les méthodes de la recherche, et le débat proprement scientifique. Cette réappropriation de l’Antiquité classique entraine également la création d’une nouvelle esthétique, qui influencera durablement la culture occidentale.

De la même manière, les 20ème et 21ème siècles sont perçus comme une époque de transition vers un monde à réinventer. La recomposition incessante de l’ordre géopolitique depuis la fin de la Guerre froide déstabilise les équilibres fragiles forgés au fil des siècles.
La révolution numérique et l’émergence des réseaux sociaux provoquent, à l’instar de l’invention de l’imprimerie, une modification radicale de la diffusion des connaissances et de notre rapport au savoir. Les progrès de notre connaissance de l’infiniment petit et de l’infiniment grand sont considérables. Toutes ces métamorphoses transforment notre représentation du monde et de l’Homme.

Depuis quelques décennies, mais aujourd’hui surtout, la transmission de l’héritage antique, par le biais des Humanités, est mise de côté au profit d’autres projets de formation. Dans ce contexte se posent naturellement les questions de la place que peut occuper la culture dans nos sociétés, et les cultures anciennes en particulier, et du rôle que doivent jouer les professeurs et les étudiants des Facultés de lettres, et des sections d’études classiques et orientales en particulier, pour imaginer et construire le monde de demain.