Vous êtes ici

Dossier spécial Frans Van Hamme

News

Ce dossier spécial est lié au Courrier n°32 sorti le 01.12.2014, disponible en PDF.

 

Le legs Frans Van Hamme à l’origine de notre musée

Article de Bernard Van den Driessche

Qui sait encore aujourd’hui que la collection d’œuvres d’art léguée par Frans Van Hamme (1894-1966) est réellement fondatrice du Musée de Louvain-la-Neuve ?

Et pourtant, il en est bien ainsi puisque l’acceptation de ce legs par l’UCL en juin 1968 impliquait la création d’un musée par l’université, alors encore sur les terres louvanistes. Si l’ouverture d’un Musée Frans Van Hamme dans le collège Van Daele à Leuven n’a pas vu le jour pour les raisons historiques que l’on connaît - scission de l’UCL-KUL -, si la salle des logettes du Musée de Louvain-la-Neuve, dans son installation de 1979 à 1989, ne rencontrait pas entièrement la volonté explicite du donateur, le « Refuge des madones » comme l’appelait son propriétaire, reste au cœur de l’aventure de notre musée universitaire et public.

Il a été dit et répété que Frans Van Hamme était un industriel bruxellois. Mais qu’en était-il exactement ? (1)

La Fabrique de bronzes pour bâtiments Van Hamme a été installée au 10 rue du Marais à Bruxelles. Anciennement Société Voisin et Van Hamme, elle avait été créée par Jan Van Hamme probablement au début du siècle. Sa participation à l’Exposition universelle et internationale de Gand ouverte le 27 avril 1913 est attestée dans le catalogue de la Section belge. Elle y obtint d’ailleurs un Grand prix dans sa catégorie. La société deviendra Van Hamme Châssis métalliques et Bronzes installée après 1921 rue aux Choux. Les deux frères, Frans et Charles, étaient associés dans l’affaire héritée du père, même si aucune mention explicite n’apparaît dans l’intitulé de la société déjà prospère. Un stand ouvert à la Deuxième Foire Commerciale Officielle de Bruxelles du 4 au 20 avril 1921 fera même l’objet d’un arrêt du roi Albert 1er, lors de sa visite de cette manifestation. En 1929, l’entreprise est également présente dans le cadre de l’Exposition internationale de Barcelone. Le développement devient dès lors considérable, avec une surface d’exploitation commerciale de 5 000m2, 200 ouvriers et 400 machines. La liste des bâtiments conçus à cette époque dans des bureaux d’architectes notoires et qui ont été équipés des châssis Van Hamme est devenue longue depuis les premières annonces publicitaires des années 1920 (2). La Seconde guerre mondiale fait encore rage et, dans la Belgique occupée, la Chronique des travaux publics du 13 juillet 1941 publie l’annonce, dans un grand encart, de la mise en vente de la société. Les plans et les inventaires de stock accompagnant cette opération en révèlent l’ampleur et une situation privilégiée au centre de la ville.

Âgé alors de 47 ans, Frans Van Hamme gère sa fortune et ses biens immobiliers avec son frère Charles. Il applique alors pleinement une maxime qui lui est chère : Quand vous avez accompli dignement la tâche qui vous donne votre pain quotidien, fermez le guichet et prenez votre violon d’Ingres. De 1941 et jusqu’à sa mort, c’est bien ce qu’il fit en mettant toutes ses forces à compléter sa collection initiée dès 1927, à l’étudier, à l’installer dans sa villa, à lui apporter ses connaissances d’amateur éclairé même si parfois un peu naïf, à la photographier, la dessiner, la commenter accompagnée de belles enluminures personnelles.

 

(1) Voir le Courrier du passant, Bulletin bimestriel du Musée de Louvain-la-Neuve et des Amis du Musée de LLN n°79, septembre – octobre 2003, pp.1-19, consacré à F. Van Hamme. Pour une biographie complète, cf. B. Van den Driessche, Frans Van Hamme (1894 – 1966) : industriel, propriétaire, « archéologue », collectionneur, donateur du musée de Louvain-la-Neuve, in Archives et Bibliothèque de Belgique. Archiefen bibliotheekwezen in België, numéro spécial/extranummer 94. 8e Congrès de l’Association des Cercles Francophones d’Histoire et d’Archéologie de Belgique, LVe Congrès de la Fédération des Cercles d’Archéologie et d’Histoire de Belgique. Congrès de Namur, Actes/ Tome V, Namur 2011, pp. 1503-1516.

(2) Anvers: Immeuble Liebig (architectes Wallis, Gilbert & Partners), Bouwcomplex, immeubles à appartements multiples (architectes Fl. Vaes & Portielje), Palais de l’Art Flamand/Ville d’Anvers  Exposition internationale 1930 (architecte Em. Van Averbeke), Maison de l’architecte Fernand Petit (architecte F. Petit). Bruxelles: Immeuble à appartements multiples Co I (architecte A. Blomme), Entresol et soubassement magasin Vander Elst (architecte L. Stynen), Nouvel Hôpital Saint-Pierre (architecte J.-B. Dewin), Assurances La Zurich immeuble à appartements multiples (architecte A. Blomme), Installation MinervaMotors (architecte M.Polak), Grands Magasins Galerie et Bazar Anspach, Nouvelle Ecole de Médecine (architecte Malfait), Université des Arts et Métiers (architecte A. Dumont), Université Libre de Bruxelles (architecte A. Dumont), Propriété privée (architecte A. Blomme), propriété privée (architectes M. Van Wynsberghe, E. Proost). Herstal: F.N. (architecte M. Hoyoux). Manage: Château Tyberchamps (architecte-ensemblier R. Decerf). Tervueren: Propriété de campagne de H. van de Velde (architecte  H.van de Velde).